Des chercheurs reconstruisent le visage d’une momie égyptienne pour le comparer à son portrait (vidéo)

Des chercheurs allemands et autrichiens ont réussi à reconstruire virtuellement le visage d’un jeune enfant momifié au premier siècle de notre ère. Ils ont ensuite comparé le résultat au portrait qui figurait sur sa momie, révélant une grande ressemblance.

Un visage rond, deux grands yeux et un petit nez. Il y a quelque 2.000 ans, les peintres de l’Egypte antique avaient un bon coup de pinceau pour représenter les défunts. Malgré quelques ajustements. C’est la conclusion d’une nouvelle étude publiée dans la revue PLOS One par une équipe de chercheurs allemands et autrichiens.

Ces travaux ont porté sur ce que les spécialistes appellent des « portraits de momie ». Entre le Ier et le IIIe siècles de notre ère, durant la période romaine, une nouvelle mode funéraire est apparue en Egypte antique. Les momies étaient placées dans les tombes avec un portrait censé représenter le défunt. Peint sur du bois ou du lin, l’œuvre était coincée entre les bandelettes, au niveau du visage.

Près d’un millier de ces portraits ont été mis au jour en Egypte, en particulier dans la région de Fayoum au sud du Caire. Mais ces peintures ressemblaient-elles réellement aux défunts ? Les observations ont montré que les œuvres présentaient une grande diversité d’un individu à l’autre, suggérant que chacune avait été réalisée spécifiquement pour un défunt. Mais le doute persistait.

La momie d’un très jeune garçon

C’est pour en avoir le cœur net que les scientifiques ont décidé de mener de nouvelles recherches sur une momie conservée depuis 1912 dans un musée de Munich en Allemagne. Selon les informations disponibles, elle aurait été mise au jour dans les années 1880 dans un cimetière proche de la pyramide de Hawara non loin de la région de Fayoum.

L’ensemble des analyses menées sur la dépouille de 78 cm de long et 26 cm de large ont montré que le défunt était un très jeune garçon, âgé de trois à quatre ans au vu de ses dents et de ses os. Bien qu’une partie de ses organes aient été retirés, les observations suggèrent qu’il est très probablement décédé d’une maladie ayant affecté ses poumons telle qu’une pneumonie.

Le portrait placé sur la momie dépeint un jeune garçon avec des cheveux bouclés, de grands yeux marron, un nez long et fin ainsi qu’une petite bouche aux lèvres pleines. Restait à savoir si l’enfant ressemblait réellement à cela. Pour le savoir, les chercheurs ont scanné le crâne de la momie et ont utilisé les données pour reconstruire une image virtuelle et en trois dimensions de son visage.

« Pour éviter toute partialité, l’artiste chargé de la reconstruction faciale a été soigneusement tenu à l’écart de toutes images ou informations spécifiques concernant le portrait« , précisent les auteurs dans leur rapport. Seules la couleur des yeux, celle des cheveux et la coiffure lui ont été indiquées afin de s’assurer que ces « trois caractéristiques correspondraient« .

Une très grande ressemblance

Résultat : le visage virtuellement reconstruit et le portrait ont montré une très grande ressemblance.

« La reconstruction faciale montre un enfant avec des traits faciaux infantiles classiques très similaires à ceux du portrait« , constate l’équipe du professeur Andreas Nerlich, chercheur à l’Institut de pathologie de la München Klinik Bogenhausen et principal auteur de l’étude.

Les scientifiques ont constaté que certaines proportions notamment entre le front et la ligne des yeux

« sont exactement les mêmes entre le portrait et la reconstruction« .

Cependant, ils ont également noté quelques différences, notamment le fait que l’enfant parait légèrement plus âgé sur le portrait que sur la reconstruction conçue pour lui donner trois-quatre ans.

« Au niveau biométrique, la largeur du nez et celle de la bouche sont plus petites sur le portrait que sur la reconstruction, ce qui pourrait expliquer la différence perçue en termes d’âge« , poursuivent-ils. Selon Andreas Nerlich, il est possible qu’il existait à l’époque des conventions artistiques qui aient influé sur la réalisation du portrait.

Exemple unique ou phénomène général ?

Cette conclusion semble confirmer que la peinture « a dû être réalisée peu après sa mort, potentiellement avec l’aide de croquis préliminaires« , d’après le rapport, et donc qu’elle ressemblait étroitement au défunt.

Difficile toutefois d’affirmer, à partir de ce seul exemple, qu’il en est de même pour la grande majorité des autres portraits.

De précédentes études avaient déjà suggéré une grande ressemblance sur certaines momies. Mais les chercheurs ont également mis en évidence quelques exemples témoignant d’une vraie divergence entre le portrait et la dépouille du défunt. Par ailleurs, de nombreuses œuvres ont été découvertes séparées de leurs momies, compliquant les analyses.

Les travaux menés par Andreas Nerlich et ses collègues sur le jeune garçon demeurent ainsi inédits.

« Dans la mesure où nous ne pouvons fournir qu’un seul cas, il reste à déterminer s’il est unique ou s’il fait partie d’un phénomène général. Des études supplémentaires aideront, avec espoir, à résoudre cette question« , concluent les scientifiques.

(Source : GEO)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s