La folle histoire d’un Boeing installé dans le désert de Burning Man (vidéo)

Tout ne s’est pas passé comme prévu…

C’est en 2009 que Ken Feldman, un entrepreneur dans le domaine de la technologie, a eu cette idée saugrenue, lit-on sur le site de Mashable. « C’était un de ces moments où on se dit: ça ne serait pas cool de…?« , se souvient Ken. « Ça ne serait pas cool de pouvoir construire un projet artistique, à partir d’un avion? » Pendant des années, Ken, ce festivalier passionné par Burning Man, une expérience unique et mystique qui se passe tous les ans dans le désert de Black Rock au Nevada, a tiré des plans sur la comète, avant de découvrir en 2013 l’existence d’un « cimetière » d’avions dans le désert de Mojave en Californie. Il a monté l’association Big Imagination et grâce à une équipe de 1.000 bénévoles et une collecte de fonds sur le web de 85.000 dollars, le rêve a pu devenir réalité cet été.
.
Un projet ridicule, qui n’a aucun sens
. »Mais je ne savais pas à quel point ça allait être compliqué », confie Ken.
Pour transporter le Boeing (un Jumbo Jet amputé de sa queue), les bénévoles ont dû découper l’appareil en plusieurs pièces avant de les réassembler dans la ville fantôme d’Empire, à une trentaine de kilomètres du site de Burning Man, surnommé la Playa. Mais il a fallu ensuite passer par Gerlach, la ville la plus proche du festival, fermer les routes avec l’aide de la police et débrancher les lignes électriques.
« C’est un projet ridicule, incroyable, hilarant et tellement gigantesque », explique la patronne de Burning Man, Marian Goodell, à Mashable. « Cela n’a aucun sens, mais c’est le but. »
.
Totale acceptation de soi
Environ 5.000 « Burners » ont pu profiter de cette expérience lors de la 32ème édition, qui s’est tenue du 25 août au 3 septembre. En arrivant, ils ont passé les contrôles de la « totale acceptation de soi » et laissé leurs bagages émotionnels derrière eux pour voyager vers une destination paradisiaque, ou simplement apprécier un concert au piano ou un set de DJ en première classe.
« Certains festivaliers se sont plaints qu’il y avait trop de files », indique une membre de Big Imagination. « Mais nous, on a dû attendre pendant quatre ans. » Il y a eu d’autres plaintes au sujet du Boeing. À la fin du festival, des vétérans de Burning Man ont dénoncé l’empreinte écologique laissée par l’appareil dans le désert, contraire au principe du « Leave No Trace ».
Soyons encore plus fous
Pour ne rien arranger, Ken Feldman s’est retrouvé face à d’autres problèmes logistiques. Son plan de sortie ne s’est pas déroulé comme prévu, mais en collaboration avec le Bureau de la gestion des territoires des États-Unis, l’avion a finalement pu être déplacé sur des tapis puis stationné sur une propriété privée, en toute sécurité, le 15 octobre dernier, avec un petit mois de retard. Ken espère pouvoir redéplacer l’engin l’an prochain.

« Ne rêvons pas petit, faisons les choses en grand. Ne restons pas en sécurité, soyons encore plus fous. Burning Man est le seul endroit du monde où vous pouvez vraiment devenir dingue et partager le résultat avec des milliers de personnes. »

(Source : 7s7)

2 réflexions sur “La folle histoire d’un Boeing installé dans le désert de Burning Man (vidéo)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s