Les drones défibrillateurs arrivent 4 fois plus vite que les ambulances (vidéo)

Une étude menée en Suède indique que des drones équipés d’un défibrillateur peuvent arriver quatre fois plus vite qu’une ambulance auprès d’une personne victime d’un arrêt cardiaque.

Selon les chiffres de la Fédération française de cardiologie, 50.000 personnes meurent prématurément d’arrêt cardiaque chaque année en France. En effet, faute d’une prise en charge très rapide, 90 % des arrêts cardiaques sont fatals. En l’absence d’une personne à même de pratiquer immédiatement les gestes de premiers secours ou d’utiliser un défibrillateur automatique externe (DAE), les chances de survie reposent sur la rapidité d’intervention des secours. Entrent en jeu les facteurs de distance à parcourir et les conditions de circulation qui créent une énorme incertitude.

C’est dans ces circonstances que les drones ont peut-être un rôle à jouer. Plusieurs projets consistant à transporter rapidement un DAE par la voie des airs ont été développés ces dernières années, notamment le Defikopter et le « drone ambulance » de l’université de Delft au Pays-Bas (voir l’article plus bas). On imagine sans difficulté que la rapidité d’un drone comparée à celle d’une ambulance pour se rendre sur les lieux d’un accident est supérieure. Mais à quel point ?

C’est précisément à cette question qu’a répondu une équipe de chercheurs du Center for Resuscitation Science et du Karolinska Institutet basé en Suède. Ils ont conduit une étude pour comparer la rapidité d’intervention d’un drone portant un défibrillateur et celle d’une ambulance. Pour cela, ils se sont servis d’un drone mis au point par la jeune pousse suédoise FlyPulse. Équipé d’un système de pilotage autonome, il vole à 70 km/h et peut transporter un défibrillateur automatique depuis la base où il est installé.

Le drone ne met que 5 mn pour apporter le défibrillateur

Les chercheurs ont effectué des essais depuis une caserne de pompiers installée dans une zone rurale non loin de Stockholm en envoyant le drone dans un rayon de dix kilomètres sur des sites où avaient eu lieu de vrais arrêts cardiaques au cours des huit dernières années. Ils ont ainsi pu mesurer le délai d’intervention du drone et celui des ambulances envoyées lors de ces interventions.

Résultat sans surprise, sur 18 opérations, le drone s’est montré quatre fois plus rapide avec un temps moyen de 5 mn 21 s contre 22 mn pour une ambulance. Ce gain de temps pourrait permettre de sauver plusieurs centaines de vies chaque année estiment les chercheurs. Ces derniers veulent confirmer cela en conditions réelles en travaillant avec des services d’urgence. Le système devrait être opérationnel d’ici deux ans.

S’il est assez probable que les drones puissent grandement améliorer la réactivité des services de secours dans diverses situations d’urgence, il faudra d’abord que la réglementation évolue pour permettre le vol en autonomie de ces engins et leur atterrissage aléatoire sur les lieux d’un accident. D’ici là, dans le cas des arrêts cardiaques, la formation des particuliers aux gestes de premiers secours reste encore la meilleure chance de pouvoir sauver une vie.

(Source : Futura Sciences)

Le drone défibrillateur conçu par la société suédoise FlyPulse décolle, navigue et se pose en autonomie. Il peut être lancé depuis une station installée dans un centre de secours. ⇓

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s