« La porte de l’enfer » n’a pas encore révélé ses mystères (vidéo)

captureLe cratère Batagaika est apparu il y a plusieurs dizaines d’années dans le pergélisol de Sibérie, près du bassin de la rivière Yana. Il grandit à vitesse grand V, ce qui offre aux scientifiques une occasion unique d’étudier l’évolution du climat et la formation de notre monde.

Le cratère Batagaika, surnommé aussi « megaslump » ou « la porte de l’enfer », fascine autant qu’il intrigue. Il est apparu il y a plusieurs dizaines d’années dans le pergélisol de Sibérie, près du bassin de la rivière Yana. Sa croissance est alarmante. Il a aujourd’hui atteint 86 mètres de profondeur et près d’un kilomètre de long.

Cette accélération de la croissance donne un aperçu immédiat de l’impact des changements climatiques sur le pergélisol de plus en plus fragile. Le pergélisol est un sous-sol gelé dont la persistance ou la disparition est directement liée au réchauffement.

200.000 ans
Il existe également un autre intérêt pour les scientifiques. Étudier les couches exposées leur permet d’avoir de nouvelles indications sur la formation de la Terre et l’évolution du climat il y a 200.000 ans.

« Ces couches de sédiments du Batagaika fournissent un enregistrement continu de l’histoire géologique ce qui est assez inhabituel », précise Julian Murton, scientifique de l’université de Sussex en Grande-Bretagne, à la BBC. « Si nous pouvons comprendre comment était l’écosystème avant, alors cela pourrait nous donner des indications sur comment l’environnement pourrait changer si le climat se réchauffe ».

(Source : RTL)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2 réflexions sur “« La porte de l’enfer » n’a pas encore révélé ses mystères (vidéo)

  1. Les scientifiques sont fortement stimulés par les changements climatiques. Contemporaine de la peur, leur curiosité est aux aguets de ses moindres manifestations.

    Ils semblent avides d’observer les étapes d’une vaste expérience de laboratoire sans précédents, dont les manifestations sont multiples, nouvelles, à mesurer dans ses détails significatifs. Il s’agit d’analyser tout ce qui se passe, et de l’expliquer.

    Emportés par ce processus captivant, où ils veulent être aux premières loges pour se donner de l’importance, c’est comme s’ils oubliaient d’y remédier. Peut-être sous prétexte qu’ils n’en ont pas encore l’autorisation ni la compétence.

    Irrésistible vertige, sentiment de fatalité qu’on s’emploie à dédramatiser. D’abord en combattant le camp de joyeux climato-sceptiques confortablement au pouvoir, qui surchauffent la fournaise infernale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s