Le « blob », alias Physarum, n’a pas de cerveau mais il apprend… et enseigne (vidéo)

captureStupéfiant Physarum : cette sorte de cellule géante, sans système nerveux, sait apprendre et se souvenir, comme l’avait montré une équipe du CNRS. Laquelle nous explique maintenant que cet organisme peut aussi transmettre ses connaissances à un congénère.

On l’appelle blob car on ne sait pas trop comment nommer cette masse colorée qui s’étale en forêt sur plusieurs mètres carrés, recouvrant des branches entières. On dit que c’est un « protiste » car les biologistes, sans bien savoir où le classer, constatent qu’il n’a qu’une cellule. Mais c’est la plus grande du monde et elle possède d’innombrables noyaux. Il a été appelé « myxomycète » – littéralement champignon gélatineux – car son corps est mou. Mais ce n’est pas un champignon. Ni une plante. Ni un animal. Physarum, un genre qui se compose d’un millier d’espèces, c’est… autre chose. D’ailleurs, il n’est pas soit mâle soit femelle mais il a le choix entre 221 sexes, il est immortel et même découpable.

Pour tout savoir sur lui, ne ratez pas cette présentation d’Audrey Dussutour, chercheuse CNRS à l’université Paul Sabatier, à Toulouse, effectuée sur scène pour une conférence TedX, que nous présentons ici. C’est elle, avec son collègue David Vogel, qui avait déjà découvert comment Physarum polycephalum est capable d’apprendre. À force d’entraînement, ces « protistes » traversaient des zones enduites de quinine ou de caféine, des substances qu’ils évitent à l’ordinaire comme évoqué dans l’article plus bas.

Quand deux blobs fusionnent, l’un enseigne à l’autre

Cette fois, les deux chercheurs sont allés un cran plus loin, comme ils le décrivent dans un article publié dans Proceedings of Royal Society et présenté dans un communiqué du CNRS. Ils ont enseigné à 2.000 blobs qu’ils pouvaient traverser sans danger une surface recouverte de sel, un répulsif pour les Physarum. Ce sont les « expérimentés ». Puis ils ont fusionné ces blobs à deux mille autres qui n’avaient, eux, rien appris. Ce sont les « naïfs ». Les Physarum, en effet, peuvent fusionner pour ne plus former qu’un seul organisme, réunis, dans un premier temps, par un pont. Trois types de paires ont été formées : avec deux expérimentés, un expérimenté et un naïf, deux naïfs.

Résultats : les paires expérimentés-naïfs traversaient allègrement la zone salée, aussi rapidement que les paires expérimentés-expérimentés. L’information sur l’apprentissage semblait donc être passée d’un individu à l’autre après leur fusion. Plus précisément trois heures après la réunion des deux organismes. En effet, pour vérifier ce transfert, les biologistes ont séparé des paires (n’oublions pas qu’un blob peut être découpé à loisir) un certain temps après la fusion. Les naïfs qui avaient eu moins de trois heures de fusion avec un expérimenté évitaient le sel, comme s’ils n’avaient pas appris la leçon.

À partir de trois heures, en revanche, les naïfs ne l’étaient plus et n’avaient pas peur du sel. Or, l’observation a montré la formation d’une sorte de veine au niveau de la région de fusion des deux cellules, qui s’opérait, justement, en trois heures. « Quelque chose » passe par là, qui est le support de cette information.

Quel est ce support ? On l’ignore… Ce sera la suite du travail de ces biologistes, qui vont aussi effectuer des apprentissages croisés entre A, qui a appris à ne plus éviter la quinine, et B qui sait maintenant supporter le sel. Les Physarum ont encore des secrets à nous révéler. Et aussi sans doute des idées à nous offrir, puisqu’il y a dix ans, d’autres scientifiques avaient confié à l’un de ces blobs le pilotage d’un robot.

(Source : Futura Sciences)

Audrey Dussutour, l’un des deux auteurs de cette étude présente avec simplicité, fougue et l’aide de Steve McQueen, l’organisme le plus étrange de tous ceux qui nous entourent.

9 réflexions sur “Le « blob », alias Physarum, n’a pas de cerveau mais il apprend… et enseigne (vidéo)

  1. Pingback: Le « blob », alias Physarum, n’a pas de cerveau mais il apprend… et enseigne (vidéo) — Etrange et Insolite | Le Bien-Etre au bout des Doigts

  2. je suis stupefaite, de suite j ai pensé a un allien ! et puis je vois que cela a été la premiere reaction des gens apeurés,
    mais j ai jamais vu ou entendu cela
    la scientifique explique tout avec tellement de simplicité, c est passionnant mais cela fou les petoches, ou alors peut etre peut on en tirer des choses !

  3. Est ce que par hasard…ce ..blob..pourrait être un fungus?…..
    Car si c le cas ..SI CES CHERCHEURS..pourraient faire une étude simultanément sur les fungus quise trouve dans le corps humain….et le blob…et comparer leurs capacités..alors ya bp de choses a connaître..et ça ira bp plus loin qu’aucun chercheurs aurait révé!!! Rêvé….!!!En partant du cancer ..
    Et de toutes les maladies…..
    C une découverte tellement omportant qu’il faudrait essayer de se lettre en contacte avec ces chercheurs..pour que leur recherche sur le blob..soit pris en considération dans tous les labos..par des chercheurs qui peuvent en tirer des enseignements..et guérir un max de personnes….

  4. Plusieurs têtes valent mieux qu’une. Ce myxomycète polycephalum l’aurait compris le premier. Sans souffrir du trouble de personnalités multiples. Et sans parler de plusieurs sexes et plusieurs espèces, tout cela rassemblé en une seule cellule gigantesque qui semble savoir où elle va. Quelle amusante invention naturelle inimaginable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s