L’étude qui retourne le cerveau: nos souvenirs sont-ils bien réels ? (vidéo)

1Une personne sur deux est susceptible de « se souvenir » d’événements qui ne se sont jamais produits.

Le docteur en psychologie Kimberley Wade de l’Université de Warwick vient de publier les résultats perturbants d’une étude sur les souvenirs fictifs. Au cours d’une expérience réalisée auprès de 400 participants, elle leur a suggéré des événements imaginaires qui se seraient produits durant leur enfance: une promenade en mongolfière, une blague faite à un professeur, ou encore une scène provoquée lors d’un mariage.

Et pour plus de 50% des participants, ce souvenir inventé est devenu réel. 30% des gens testés ont même raconté comment cela était arrivé et décrit des images qui leur revenaient, tandis que 23% ont également montré des signes de souvenirs et ont cru que c’était réellement arrivé, lit-on sur les sites de Eureka Alert et Topsanté.

« Nous savons que de nombreux facteurs peuvent affecter la création de faux souvenirs comme le fait de demander à une personne de l’imaginer à plusieurs reprises ou de lui montrer une photo pour raviver sa mémoire », explique le docteur Wade. La spécialiste souligne l’importance de ces résultats dans des domaines tels que les témoignages au tribunal, les enquêtes médico-légales, ou encore les séances de thérapie.

Selon Wade, ce phénomène peut aussi intervenir dans le traitement de l’actualité. « Les souvenirs collectifs d’un groupe de gens ou d’une société pourraient également être incorrects, si des erreurs sont fréquemment répétées dans la presse. »

(Source : RTL)

3 réflexions sur “L’étude qui retourne le cerveau: nos souvenirs sont-ils bien réels ? (vidéo)

  1. Nos souvenirs vivants sont des constructions. Chaque constructeur de souvenirs y laisse naturellement des traces de sa compétence comme constructeur.

    À ce point de vue, pas étonnant que la reconstruction d’un récit entendu diffère d’un auditeur à l’autre. Pour le comprendre, il s’agit d’analyser autant que possible les paramètres qui entre en jeu dans les processus concernés.

  2. Nos souvenirs vivants sont des constructions. Chaque constructeur de souvenirs y laisse naturellement des traces de sa compétence comme constructeur.

    À ce point de vue, pas étonnant que la reconstruction d’un récit entendu diffère d’un auditeur à l’autre. Pour le comprendre, il s’agit d’analyser autant que possible les paramètres qui entrent en jeu dans les processus concernés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s