L’expédition «Fleur de Passion» fait une pause (vidéo)

captureL’aventure scientifique suisse s’arrête quelques mois le temps que le voilier subisse des travaux de maintenance.

L’expédition «Fleur de Passion» de l’ONG genevoise Fondation Pacifique a amarré vendredi son navire à Brisbane, en Australie. Premier projet sur place: mesurer les dégâts environnementaux sur une portion de la grande barrière de corail, qui n«a pas encore été étudiée.

Le voilier historique suisse «Fleur de passion» est arrivé à Brisbane au terme d’une traversée du Pacifique de sept mois. C’est la plus longue navigation de l’expédition qui a débuté il y a 19 mois pour un périple scientifique et une aventure humaine de 4 ans. Le navire a jeté son ancre en Australie pour une escale de cinq mois, le temps de subir des travaux de maintenance.

 Le pont est déjà ouvert au public ce week-end. Les visites des chercheurs et des autorités suivront. Ils sont invités à découvrir le travail scientifique dans l«espoir aussi de développer des collaborations supplémentaires. Pendant ce temps, l«équipage reste à pied d’oeuvre pour remplir sa mission.

Valider des modèles

Il est question en particulier de cartographier une portion de la grande barrière de corail grâce à une collaboration universitaire locale. Samuel Gardaz, vice-président de la fondation genevoise éponyme qui fait vivre le projet, s’enthousiasme: «Non, tout n’a pas été étudié et analysé! Il s’agit de valider les modèles prédictifs du réchauffement climatique».

A travers les océans, de Séville à Rio de Janeiro, de Buenos Aires à la Patagonie, sur l’île de Pâques, du Chili à Tahiti, les rencontres académiques se sont multipliées. L’équipage poursuit sa quête, analysant la pollution plastique des mers, mais aussi le taux des gaz à effet de serre grâce aux capteurs fixés sur le bateau.

«Nous mesurons par exemple le gaz carbonique et le méthane dans l«air, mais aussi dans l’eau. C’est un travail exceptionnel, car nous nous rendons là où peu sont allés, et même, parfois, là où personne n«a jamais conduit d«analyses», poursuit Samuel Gardaz.

En avril 2017, l’équipage conduit par le capitaine Sébastien Schwarz repartira. Destination, l’Asie du Sud-Est.

(Source : 20 Minutes)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s