Les bienfaits du réchauffement climatique sur le vin en Angleterre (vidéo)

captureComment pousse la vigne dans un pays au temps capricieux et souvent pluvieux? On va voir que le réchauffement climatique peut être une chance pour le vin en Angleterre.

Rathfinny Wine Estate dans le Sussex. En 2020, ça sera le plus grand vignoble de Grande-Bretagne. 72 hectares de vignes sont déjà plantés et 70 de plus le seront bientôt.

Il y a un demi siècle, la température moyenne pendant la période de pousse de la vigne au sud de l’Angleterre était de 12,5 dégrés Celsius. Aujourd’hui nous sommes plutôt autour de 14 degrés. : ces dix dernières années, le nombre de vignobles du Royaume Unie a augmenté de 150 %.

“Le temps se réchauffe chaque année, les vignerons s’installent même plus au nord de l’Angleterre”, explique Paul Williamson, vendangeur.

Il y a quelques années encore, Mark Driver dirigeait un fond d’investissement de plusieurs milliards d’euros. En 2009, il a quitté la City à Londres pour investir son argent dans de le vin. Il a troqué ses costumes pour des habits tout terrain et dépensé 10 millions de pounds pour bâtir un empire viticole.

De plus en plus de vignes en Angleterre

“Il y a 2.000 ans, les Romains étaient ici, ils habitaient une grande villa avec des vignobles à deux kilomètres. Puis au Moyen-Age, il s’est mis à faire très froid et nous sommes devenus des buveurs de bière. La vigne a été de nouveau plantée en Angleterre dans les années 50, 60, 70. C’est vraiment grâce aux changements climatiques que nous voyons de plus en plus de vignes en Angleterre”, estime Mark Driver, le propriétaire de Rathfinny.

Ça sera long pour y arriver mais les chances de réussite de Mark sont réelles : Rathfinny repose sur un sol de craie comme celui de la région Champagne en France.

Un très bon vin pétillant

“C’est inimaginable… J’ai voyagé en Afrique, en Australie, j’ai goûté des vins dans tous ces pays… et de retour ici, je trouve les mêmes vins, c’est très surprenant, c’est sympa.. J’habite là-bas juste au-dessus des collines, c‘était des champs de bétails avant, des élevages de bovins… Tout cela a énormément changé”, raconte David White, un vendangeur.

Mark Driver a acheté ses machines en France, et pour réaliser son rêve il a dû retourner sur les bancs de l‘école étudier la vinification pendant deux ans. Mark espère atteindre l‘équilibre en 2019. Si cela fonctionne, il pourra mettre sur le marché un million de bouteilles de vin pétillant en 2025.

“Nous avons eu des records de températures que l’on avait pas eu depuis plus de 100 ans. Et quand on regarde de près les chiffres, on voit que les températures annuelles ont augmenté ces 25, 30 dernières années. Nous avons d’avantage de possibilités de ramasser les grappes au bon moment, pour avoir le bon taux de sucre, la bonne acidité, le bon équilibre pour faire un très bon vin pétillant”, explique Mark Driver, le propriétaire du domaine de Rathfinny.

Dans le nord-est de l’Angleterre, dans le petit village d’Earsham, nous avons rencontré Hannah et Ben, un couple qui a tout appris sur la fabrication du vin après deux années passées dans le Beaujolais.

Avant cela, ils ont voyagé dans les vignobles du monde entier, cueilli du raisin en Californie et en Grèce, travaillé en Argentine, visité le Chili, l’Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

Comment choisir le meilleur emplacement pour un vignoble selon Ben ?

“Vous devez choisir un terrain de basse altitude, idéalement près de la côte, pour lutter contre le risque de gel. Même si la maturité et les niveaux de sucre ne sont pas aussi élevés que dans des régions plus chaudes, nous pouvons avoir la saveur la plus proche de celle que nous cherchons, pour que l’acidité et les arômes se développent de manière à faire un produit très savoueux”, explique Ben Witchell.

Dans sa vie d’avant, Ben travaillait dans l’informatique et Hannah dans le tourisme. Ils ont mis toutes leurs économies dans leur nouvelle aventure, aidée par des subventions de l’Union Européenne. Ils ont acheté 12.500 plans de vignes en Allemagne, les ont planté et ont acheté des nouvelles machines flambant neuves. C’est le rêve de leur vie.

Nous avons aussi rencontré Alistair Nesbitt à l’université de East Anglia. Il a mené des recherches approfondies sur l’impact des changements climatiques sur la viticulture au Royaume-Uni.

“Ce que nous avons constaté ces dix, 15 dernières années, c’est une augmentation du nombre de vignobles, en particulier au sud-est de l’Angleterre et ce qui risque d’arriver dans les dix prochaines années c’est une multiplication des vignobles à d’autres endroits, dans les zones cultivables comme certaines zones de Eats Anglia”, explique Alistair Nesbitt, expert sur les questions climatiques.

Alistair court le pays pour soutenir des pionniers comme Ben avec son savoir scientifique. Il collecte des données sur la températures, le vent et l’humidité.

Il nous a expliqué que ces données étaient utiles au niveau local pour lutter contre les parasites mais aussi pour la recherche sur le climat au niveau mondial.

Alors, la planète se réchauffe ou pas ?

“Le changement climatique est bien réel. Nous le constatons aujourd’hui dans les vignobles, nous le voyons en analysant les données sur plus de 60 ans : les températures ont augmenté, de plus d’un degrée généralement à la saison où le raisin pousse. Ça ne paraît pas beaucoup mais c’est très significatif quand on parle de notre possibilité ou pas de faire pousser des vignes”, conclut Alistair Nesbitt.

(Source : Euronews)

Une réflexion sur “Les bienfaits du réchauffement climatique sur le vin en Angleterre (vidéo)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s