Départ du Vendée Globe 2016-2017 (vidéo)

Le skippeur espagnol Didac Costa, escorté par un navire de la SNSM à la suite d’une avarie au départ du Vendée Globe, dimanche 6 novembre. DAMIEN MEYER / AFP

Le skippeur espagnol Didac Costa, escorté par un navire de la SNSM à la suite d’une avarie au départ du Vendée Globe, dimanche 6 novembre. DAMIEN MEYER / AFP

Ce dimanche, les vingt-neuf skippeurs du Vendée Globe se sont élancés à 13 h 02 dans des conditions météo exceptionnelles pour la huitième édition du tour du monde à la voile, sans escale et sans assistance.

Du soleil, un vent de nord-nord-est soufflant à 14 nœuds (25 km/heure), et plus d’un millier d’embarcations autour de la zone de départ pour venir accompagner les skippeurs dans les premiers milles de la course.

Demi-tour moins d’une heure après le départ

Bertrand de Broc sur MACSF et l’Irlandais Enda O’Coineen sur Kilcullen Voyager – Team Ireland, qui ont volé le départ, ont dû franchir la ligne de nouveau après leur « rappel Individuel ». En ce tout début de course, l’Espagnol Didac Costa a décidé de faire demi-tour moins d’une heure après le départ, après avoir decelé une voie d’eau et un problème électronique à bord de son Imoca One Planet One Ocean. Escorté par une vedette de la Société nationale des sauveteurs en mer (SNSM), il devait être rejoint par son équipe à l’entrée du port des Sables-d’Olonne, afin d’établir un diagnostic et étudier les différentes options.

Près de 350 000 spectateurs s’étaient massés le long des digues du chenal des Sables-d’Olonne pour acclamer les vingt-neuf skippeurs qui ont quitté les pontons dès 8 h 50, selon une chronologie très précise dictée par la marée. Un départ toutes les quatre minutes, après que les skippeurs ont été salués une dernière fois par S.A.S. le prince Albert II de Monaco, M. Yves Auvinet, président du conseil départemental de Vendée et président de la SAEM, la société organisatrice de l’épreuve, et Jacques Caraës, le directeur de course.

Les acclamations de la foule le long des quais tranchaient avec l’ambiance des pontons, plus calme, à l’exception des applaudissements au départ des monocoques. L’émotion se lisait sur le visage souriant des skippeurs, prêts à enfin en découdre.

(Source : Le Monde)

les moments insolites des précédentes éditions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s