Et si le venin des araignées pouvait nous soigner ? (vidéo)

captureDes chercheurs de l’université nationale Irlande ont découvert que le venin de 400 espèces d’araignées trouvées en Irlande a des vertus médicinales.

Pour effectuer leur travail, les scientifiques doivent extraire prudemment la petite quantité de venin que les araignées ou d’autres créatures possèdent.

L‘équipe de chercheurs a découvert que le venin d’une certaine araignée trouvée dans les grottes de Mayo au Nord de l’Irelande, peut être utile pour tuer des bactéries comme Escherichia Coli.

“Le venin de cette araignée semble détruire la bactérie de manière très efficace mais il ne détruit pas les cellules humaines. Et c’est évidemment très intéressant d’un point de vue antibactérien et pour un usage potentiel en tant que bactéricide”, explique le chercheur Michel Dugon.

Les chercheurs étudient aussi les différents usages du venin d’autres insectes comme les scorpions, les mille-pattes géants, des tritons et des méduses. Ils analysent aussi les possibles propriétés thérapeutiques de la colle des bernaches, des éponges de mer et de l’encre des poulpes.

“On pourra étudier plein d’autres animaux, certains chercheurs travaillent déjà sur les bernaches. Les bernaches collent évidemment à différentes surfaces et notamment sous l’eau. Et grâce à cette faculté, elles pourraient être la base de nouvelles colles chirurgicales”, explique le Docteur anne-Marie Power.

De nouveaux horizons voient le jour. Ces chercheurs étudient aussi l’utilité potentielle du venin d’arignées ou d’autres insectes pour traiter des maladies comme le cancer.

(Source : Euronews)

5 réflexions sur “Et si le venin des araignées pouvait nous soigner ? (vidéo)

  1. Rien de nouveau : les sérums anti-ophidiens ( à base de venin d’araignées ou de curare ) étaient expérimentés par le docteur Schweitzer, au Gabon ( Afrique Equatoriale Française ) avant même le premier conflit mondial !…

  2. Bonjour,

    Pauvres « bernaches », auraient-elles du mal à décoller… :o))
    Elles collent à présent, mais à quoi ?
    Celles qui collent sont des bernacLes, ou patelles, ou chapeaux chinois, ou berniques qui s’agrippent aux rochers à marée basse…
    Très intéressant votre article, merci de l’avoir partagé
    Bon w-e

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s