La Corée du Sud mise sur l’industrie des insectes alimentaires (vidéo)

1Oubliés le bibimbap et le barbecue de porc ? A l’heure où le monde du fooding n’a d’yeux que pour la gastronomie moléculaire, la Corée du Sud met le cap sur les insectes.

L’an dernier, le réalisateur coréen Bong Joon-ho imaginait déjà des barres protéinées à base de bestioles broyées dans sa superproduction le Transperceneige. L’idée n’est pas si futuriste, puisqu’une poudre de vers de farine vient d’être mise au point par un institut local, en partenariat avec une entreprise de produits diététiques et cosmétiques. Elle doit être commercialisée dès le mois prochain. Un étudiant entomophile vient pour sa part de mettre au point une recette de cookie à la sauterelle, qu’il espère faire reconnaître par l’ONU comme un aliment de première nécessité. L’an dernier, un rapport onusien encourageait l’élevage et la consommation d’insectes pour lutter contre la famine dans le monde.

Séoul n’a pas attendu ces recommandations pour se lancer dans cette industrie. Depuis 2011, l’académie sud-coréenne des sciences de l’agriculture et de l’alimentation travaille à l’élaboration de nouveaux plats à base de coléoptères. Pizzas, pâtes, muffins, jus : rien ne semble arrêter l’imagination des laborantins. «Beaucoup de Coréens ont du mal à imaginer manger un scarabée tel quel. Pour l’instant, on réduit donc les insectes en poudre que l’on incorpore dans les plats, explique la chercheuse Yun Eun-young. Le problème est que les insectes ont une odeur et un goût particuliers. On les a atténués. Mais les entreprises restent réticentes.»

En Corée du Sud, larves et sauterelles font déjà partie de l’alimentation traditionnelle. Sur le vieux marché de Namdaemun à Séoul, une vieille dame vend depuis trente ans des gobelets en carton remplis de bondaegi,larves de vers à soie, pour 1,5 euro. Elle assure que ces amuse-gueule, qui se piochent au cure-dent, se vendent toujours. «Les quadras et les quinquas sont ceux qui en consomment le plus. Quant aux jeunes, ils savent que c’est bon pour la santé.» Sept insectes déclarés comestibles, dont le scarabée et le criquet, seront introduits sur le marché dès 2016, a fait savoir ce mois-ci le gouvernement. En juillet, la transformation alimentaire des larves de vers à soie a été autorisée. Le secteur peut rapporter plus de 500 milliards d’euros d’ici à 2020.

(Source : Libération)

6 réflexions sur “La Corée du Sud mise sur l’industrie des insectes alimentaires (vidéo)

  1. Pingback: La Corée du Sud mise sur l’industrie des insectes alimentaires (vidéo) — Etrange et Insolite – musnadjia423wordpress

  2. Pingback: La Corée du Sud mise sur l’industr...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s