La voiture volante de l’an 2016 (vidéo)

1Une voiture volante, enfin ! En fait pas vraiment. Il faudra encore attendre un peu (déjà qu’on attend depuis l’an 2000) attendre un peu donc mais peut être plus trop non plus.

Le Parajet SkyQuad a été présenté au salon aéronautique de Farnborough en Angleterre.

Il est doté d’un moteur turbo d’un litre de cylindrée qui peut emmener l’ensemble sur la route à 185 km/h. Dans les airs, l’hélice, actionnée par le même moteur permet à l’ensemble d’atteindre une vitesse maximale de 88 km/h.

Tom Prideaux-Brune, Parajet : “C’est génial sur la route, c’est génial en tout-terrain et c’est génial dans les airs aussi. Le concept il est là en fait. On a une voiture avec laquelle on peut avvoir beaucoup de plaisir au sol mais aussi dans les airs. Elle peut vous emmener vers de nouveaux horizons que vous n’auriez peut-être pas imaginés.”

Les concepteurs ont travaillé à partir d’une base de buggy TT. Avec le prototype ils ont pu voler du Royaume-Uni au Mali. Le modèle de production pèse 420 kilos.

Tom Prideaux-Brune : “Si vous voulez voler, vous devez arrêter le véhicule, vous sortez brièvement, vous faites passer la transmission des roues vers l’hélice. Puis vous sortez la voile, vous l‘étalez sur le sol, vous l’attachez ici et là. Vous avancez un peu, la voile va venir au dessus de vous, vous accélérez… et à ce moment vous avez en main les poignées du parapente, vous freinez un peu et vous décollez.”

Ce modèle du SkyQuad ne dispose que d’une place. Mais il est très facile de rajouter un deuxième siège. Les applications sont nombreuses au delà d’un simple moyen de transport la voiture veut volante peut intéresser les militaires et les secouristes. Bienvenus au XXIe siècle.

(Source : Euronews)

4 réflexions sur “La voiture volante de l’an 2016 (vidéo)

  1. Je doute que cela intéresse les militaires … qui systématiquement mettent des bâtons dans les roues des prototypes successifs depuis les années 30 ( au XX° siècle ! ) , avec l’autogire de La Cierva et l’aile-gouttière de Willard Custer : à cette époque, le complexe militaro-industriel avait choisi l’hélicoptère comme solution pour le décollage et l’atterrissage vertical et il était hors de question qu’une autre formule lui fasse de l’ombre ( et lui fauche des crédits ! ). Il en est resté quelques lots de « consolation », tels les différents modèles de parachute, l’avionnette ( le Deltaplane et l’ULM ) , les hybrides comme le paramoteur, les drones ( peut-être ) ?….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s