Après un an dans l’espace, le corps de l’astronaute Scott Kelly a beaucoup changé (vidéo)

1Après 340 jours passés dans l’espace, l’astronaute américain Scott Kelly peut désormais faire le point sur tous les changements physiques qu’il a connus durant son séjour.

Quelques semaines après son retour sur Terre, il est l’heure pour Scott Kelly de dresser le bilan de ses changements physiques. Interrogé à ce sujet, l’astronaute américain affirme que son long séjour dans la Station spatiale internationale (ISS) ne l’a pas laissé indemne.

Avec 340 jours à son actif, il s’élève à ce jour parmi ceux ayant passé le plus de temps dans un environnement de microgravité. Un titre certes glorieux mais pas sans conséquence. Selon ce dernier, « se réadapter à la vie sur Terre est véritable un défi ». C’est d’ailleurs principalement pour étudier les impacts sur son organisme qu’il a été envoyé dans l’espace aussi longtemps.

Son remarquable profil tout comme sa situation familiale en ont fait un candidat idéal. Car en plus d’être un excellent astronaute, Scott Kelly a un frère jumeau : Mark Kelly. Une véritable opportunité pour les scientifiques qui peuvent désormais comparer leur aptitudes physiques. Leurs conclusions dévoilent l’impact négatif de l’apesanteur sur le corps humain.

Douleurs aux jambes et sensation de brûlure

En dépit des deux heures obligatoires d’exercices physiques, l’organisme subit de notables modification dont les astronautes font les frais une fois rentré chez eux. Dans le cas de Scott Kelly, le prix d’un si long séjour n’en est que plus élevé. A l’occasion d’une séance de questions-réponses, il a confié aux internautes : « Mes jambes et mes pieds me font mal ».

L’astronaute envisage même d’écrire un livre pour raconter son expérience. Dans un communiqué annonçant le projet, il en dévoile les grandes lignes : « J’ai perdu de la masse osseuse, mes muscles se sont atrophiés, mon sang s’est redistribué dans mon corps, ce qui a mis mon cœur à rude épreuve ».

Mais ce n’est pas tout. L’Américain décrit en effet des problèmes cutanés qui se manifestent depuis son arrivée sur Terre par une « sensation de brûlure ». Il faut dire qu’en microgravité, rien n’effleure la peau et celle-ci devient alors très sensible, d’autant plus au niveau des pieds.

Côté mensurations, l’astronaute a aussi affiché des changements notables : dans l’espace, il a grandit de 3,8 centimètres ! Un gain dû à un relâchement de la colonne vertébrale qu’il devrait toutefois perdre peu à peu. Sa tête est également apparue plus ronde.

De sérieux risques pour la santé

Les scientifiques de la NASA ont de leur côté dressé une liste non exhaustive des risques pathologiques conséquents au séjour dans l’espace sur une longue période. Parmi ceux-ci on retrouve notamment les calculs rénaux, les troubles de la vision ou même le cancer.

En effet, au-delà de la microgravité, le corps humain doit également faire face à une menace encore plus insidieuse dans l’espace : les radiations. Celles-ci seraient en effet 10 fois plus importantes que sur Terre où l’environnement bénéficie de la protection du champ magnétique.

Malgré tous ces problèmes, l’astronaute affirme ne rien regretter. « J’y suis allé parce que je savais que ce serait difficile » conclut-il. Son dévouement devrait permettre dans l’avenir de développer des solutions afin de rendre possible les longues expéditions spatiales, dont notamment celles à destination de Mars.
(Source : Maxi Sciences)

4 réflexions sur “Après un an dans l’espace, le corps de l’astronaute Scott Kelly a beaucoup changé (vidéo)

  1. « Laisser çà à la S-F » !… Bien sûr, et quand les Hommes ont affronté les mers , puis les océans ( sans savoir nager ! ) , il aurait fallu les abandonner aux bardes et aux conteurs de légendes parce qu’on avait le mal de mer !… Seulement, ils se sont obstinés et … et nous sommes là !… Pour l’apesanteur et autres dangers de l’Espace, nous apprendrons à les apprivoiser ou les éradiquer : quand les vaisseaux seront ( vraiment ) motorisés, leur force de propulsion correspondra à une gravité artificielle équivalente à celle de la Terre !…( Référence : la bd d’Hergé « On a marché sur la Lune  » …) En attendant, pour les vols « au long cours », dans des habitacles suffisamment vastes, il sera installé une centrifugeuse ( comme le concasseur d’un moulin à café ou le « tourniquet » d’un jardin d’enfants ! ) : il a été calculé qu’à raison d’une demi-heure de rotations par 24 heures, suffiraient à éliminer les effets nocifs de la microgravité sur l’organisme !… Ce sera donc une question mineure dans l’Histoire de l’Astronautique !…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s