Voler pour manger n’est pas un délit

A costumer get a strawberries basket at the Eataly food market store entrance in the former Smeraldo teather downtown Milan, Italy, March 20, 2016.     REUTERS/Stefano Rellandini

La Cour de cassation italienne a estimé que voler de la nourriture pour un faible montant quand on a faim n’est pas un délit, et a acquitté un sans-abri, rapporte la presse italienne.

Roman Ostriakov, âgé d’une trentaine d’années, avait tenté de voler en 2011 des saucisses et deux morceaux de fromage pour un montant total de 4,07 euros dans un supermarché de Gênes, écrit le Corriere della Sera.

Repéré par un client qui a alerté les gardiens, il a écopé de six mois de prison et d’une amende, virtuelle vu ses conditions très précaires, de 100 euros.

Le parquet a fait appel, demandant une peine plus légère car le jeune homme n’avait pas en fait volé la nourriture mais seulement tenté de le faire. La Cour de cassation l’a finalement acquitté.

« Les conditions de l’accusé et les circonstances dans lesquelles il a pris les aliments démontrent qu’il a pris ce peu de nourriture pour faire face à une exigence immédiate (…) et comme on ne peut vivre à moins de s’alimenter, il a donc agi en état de nécessité », a justifié la juridiction suprême italienne, selon le Corriere.

Le journal relève également l’ironie de la situation judiciaire en Italie, où une tentative de vol portant sur 4,07 euros a dû passer trois degrés de justice – première instance, appel et cassation -, avec tous les frais que cela engendre, avant de mettre un point final à l’affaire.

(Source : AFP)

4 réflexions sur “Voler pour manger n’est pas un délit

  1. Cela souligne bien l’absurdité du système. On dépense des dizaines de milliers d’euros pour une infraction portant sur le prix d’un bigmac, et de l’autre côté, les criminels en col blanc qui détournent des milliards d’argent public s’en sortent le plus souvent avec une petite tape sur les doigts.

    Voler pour manger, bien entendu que cela reste interdit, mais passer en justice pour ça, c’est tellement aberrant et cher que si les gouvernements voulaient faire des économies, au lieu de casser les pieds à tout le monde sur l’imposition, rien qu’avec ces affaires des milliards seraient économisés.

    Une anecdote:
    Un ami s’était fait pincer pour avoir volé de la bouffe, je crois que c’était de la viande, pour environ le même tarif que le sujet, le supermarché a appelé les flics, qui sont venus, ont analysé l’objet du délit et sont carrément repartis en disant aux Supervigiles « vous qu’oyez qu’on a que ça à foutre de se déplacer pour 10 balles de bouffe? tout en avertissant mon ami de ne pas recommencer, où au moins d’être plus discret, c’est authentique.

  2. C’est vrai que c’est aberrant de faire passer en justice un sans abris qui a voler que pour manger
    Il ne peut payer l’amende et le cout de cette petite saga revient plus cher

  3. Pingback: Voler pour manger n’est pas un délit – Virginie Jeanjacquot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s