Une « mini-période glaciaire » d’ici quinze ans ?

La Terre pourrait être confrontée à une mini-période glaciaire à partir de 2030 en raison de changements dans les cycles d’activité du soleil, estiment des scientifiques dans une étude publiée par la Royal Astronomical Society et relayée par plusieurs médias britanniques.

D’après ces scientifiques, l’activité solaire diminuera de 60% entre 2030 et 2040, entraînant une « mini-période glaciaire » similaire à celle qui avait touché la planète entre 1645 et 1715. Lors de cette période, appelée le petit âge glaciaire, les hivers étaient particulièrement rigoureux et les étés très courts en Europe et en Amérique du Nord.

Le nouveau modèle scientifique est calculé d’après l’effet dynamo de deux couches de matière composant le soleil. « Nous avons trouvé que deux vagues magnétiques ont pour origine deux différentes couches de matière à l’intérieur du soleil. Elles ont toutes deux une fréquence d’environ onze années, même si elles sont légèrement différentes et sont parfois décalées. Au cours du cycle, les vagues fluctuent entre les hémisphères nord et sud du soleil.

En combinant les effets des vagues et en les comparant avec les données réelles du cycle actuel du soleil, nos prévisions montrent une exactitude de 97% », affirme le professeur Valentina Zharkova, qui a présenté ses conclusions lors d’un meeting d’astronomie à Llandudno, au Pays de Galles.

(Source : Belga)

3 réflexions sur “Une « mini-période glaciaire » d’ici quinze ans ?

  1. Voilà qui devrait faire réfléchir sur les conséquences de l’évolution climatique, qui relèvent plutôt du dogme que de la prévision scientifique : les périodes glaciaires ont toujours été précédés par un épisode torride, c’est un fait avéré par la climatologie !… De là à comprendre pourquoi … Ainsi, les causes réelles de l’actuel réchauffement climatique sont-elles moins identifiées qu’on le prétend … car les sources de pollution et leurs impacts ont-ils varié depuis les XVIII° -XIX° siècles !…

    Une récente estimation nous apprend que la pollution principale est due aujourd’hui à la circulation des supertankers ( superpétroliers ) et porte-containers !… Le danger est donc maritime , ce qui risque plus que tout de sonner le glas de la civilisation moderne , qui n’a alors aucune chance de survivre, ne pouvant transmettre le « relais » à un secteur novateur : le seul en lice restait l’Astronautique, qui a pris énormément de retard, sur un calendrier « tardif » , en s’embourbant dans des marécages technoscientifiques !… ( La téléportation et les univers parallèles ont eux été relégués dans la « Science-Fiction » , ultime « excuse » des incapables …) .

  2. Pingback: Climat. Le Québec à la recherche de son printemps | Point Info

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s