L’ibijau ou l’oiseau fantôme (vidéo)

ofa1On appelle ibijau ou l’oiseaux fantôme il fait partie d’une des sept espèces d’oiseaux nocturnes solitaires vivant dans les tropiques d’Amérique (famille des Nyctibiidés, ordre des Caprumulgiformes). Certaines espèces ont un cri plaintif caractéristique.

Le dessin complexe du plumage gris, noir et brun ressemble à l’écorce d’un arbre. Le jour, les oiseaux dorment en position verticale, se confondant avec les branches mortes sur lesquelles ils sont perchés. Ils se réveillent au crépuscule, ouvrant leurs yeux immenses capables de discerner dans l’obscurité papillons de nuit et autres insectes volants. Leur vol est rapide, court et silencieux. Ils possèdent de larges becs qu’ils peuvent ouvrir très grand pour capturer leurs proies lorsqu’ils sont en vol.

Bien qu’il arrive que des couples recherchent leurs proies à quelques dizaines de mètres l’un de l’autre, ce sont avant tout des animaux solitaires. Les endroits qu’ils choisissent pour nidifier se limitent également à quelques rares emplacements : au lieu de construire un nid, ils trouvent une branche ou une souche pourvue d’une dépression ou d’une crevasse d’une taille exactement compatible avec l’unique œuf que pondent les femelles. Mâle et femelle couvent pendant 30 à 35 jours l’œuf d’un blanc crayeux marqué de brun et de gris.

On sait peu de choses sur le développement naturel de la plupart des espèces, car ces oiseaux sont extrêmement difficiles à observer. Un chercheur a pu voir un jeune ibijau gris (N. griseus, parfois appelé N. jamaicensis) âgé d’environ quatre semaines se promener sur les branches de l’arbre où était situé son nid. Le même oisillon s’essaya à voler pour la première fois à l’âge de 47 jours et finit par quitter le nid à 50 jours. D’autres témoignages indiquent que les jeunes quittent le nid au bout de 40 à 45 jours. Les poussins sont protégés par les parents seulement pendant la première moitié de cette période à l’issue de laquelle les jeunes ont acquis leur plumage juvénile (blanc tacheté de brun) et savent déjà se tenir dans la position de « branche cassée » des adultes.

Le chant de l’ibijau est plaintif ( cliquez ici pour l’entendre) et ressemble à un sifflement aux notes descendantes. Il constitue un son caractéristique de la forêt tropicale à la nuit tombée. Une autre espèce, le grand ibijau (N. grandis), braille à plein gosier et impressionne le visiteur peu familier de la vie nocturne des forêts tropicales.

(Source : Universalis)

 

4 réflexions sur “L’ibijau ou l’oiseau fantôme (vidéo)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s