Comment des personnes souffrant d’amnésie, dépourvues de tout souvenir concernant leur vie, parviennent-elles à se rappeler la musique ? Des scientifiques tentent de comprendre ce mystère, et avancent l’hypothèse selon laquelle les souvenirs musicaux pourraient être gardés par une partie spécifique du cerveau.

 Des chercheurs se sont penchés sur un étrange phénomène, observé notamment chez le musicien et chef d’orchestre britannique Clive Wearing. Aujourd’hui âgé de 73 ans, cet homme souffre depuis 26 ans d’une encéphalite herpétique qui le prive de mémoire. Mes ses connaissances musicales et son talent, eux, n’ont pas été atteints par la maladie. Autrement dit, Clive Wearing joue toujours du piano, lit des partitions, alors que la portée de sa mémoire ne dépasse pas dix secondes, l’empêchant de se souvenir de sa vie et des gens qui l’entourent.

Or, comme le rapporte le site de la BBC, une équipe de neurologues allemands a présenté lors d’une conférence organisée à Washington un cas similaire. Celui d’un violoncelliste souffrant de la même maladie, mais ayant conservé une mémoire musicale presque intacte. Ce phénomène interpelle les chercheurs qui pensent avoir trouvé une explication : les souvenirs musicaux pourraient être stockés de façon indépendante dans une région du cerveau, avance le Dr Carsten Finke, de l’Hôpital Universitaire de la Charité à Berlin.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs se sont également appuyés sur le cas d’un patient canadien qui dans les années 1990, a perdu toute sa mémoire musicale après qu’une intervention chirurgicale a endommagé la partie du cerveau connue sous le nom de gyrus temporal supérieur. Le Dr Finke et son équipe suggèrent alors que les structures du cerveau utilisées pour stocker la mémoire musicale pourraient être ce gyrus temporal supérieur, ou les lobes frontaux.

De la musique comme médicament ?

De nouvelles recherches sont nécessaires pour confirmer cette hypothèse. "Mais ce qui est vraiment nouveau dans ce cas, c’est que nous avons pu montrer que dans une amnésie si sévère et dense, il existe encore un îlot intacte de la mémoire, la mémoire musicale" souligne Carsten Finke. Cette découverte ouvre la voie à de nouveaux traitements. "Nous pourrions peut-être réfléchir à une utilisation de la musique comme une prise de médicaments" explique le chercheur. La thérapie musicale, estime-t-il, pourrait aussi bien être appliquée aux musiciens qu’aux non-musiciens, car ils partagent le même système de mémoire.

(Source : Maxi Sciences)

About these ads