Vous sortez de la fac et vous ne savez pas quoi faire de votre vie? Pas de panique! Calmez vos parents, vos professeurs et vous-même: selon les scientifiques, c’est tout à fait normal, et cela vient de votre cerveau.

Si jusqu’à présent, on pensait que celui-ci arrivait à maturité en même temps que la fin de la puberté (autour de 20 ans donc), les chercheurs ont découvert qu’il continue à se développer durant la troisième décennie d’existence. Les adultes seraient donc mieux munis pour prendre des décisions à partir de trente ans.

En effet, The Wall Street Journal explique que le cortex préfrontal est l’une des dernières régions du cerveau à arriver à maturité. Il s’agit de la zone de responsabilité, de capacité à planifier, prioriser et maîtriser ses impulsions.

Cette découverte remet en question les fondements mêmes des grandes étapes de la vie au sein de notre société: l’âge du départ du foyer familial, du mariage, du premier job… Toutes ces grandes décisions ont longtemps été prises trop tôt, comme l’explique au Wall Street Journal Jay Giedd, neuroscientifique à l’Institut national de la santé mentale:

«Jusqu’à tout récemment, nous avons dû prendre des décisions assez importantes concernant l’éducation et les plans de carrière, qui nous devons épouser et s’il faut aller dans l’armée, à un moment où certaines parties de notre cerveau ne sont pas encore dans un état optimal.»

De nombreux psychologues, sociologues et scientifiques pensent qu’il faudrait considérer la période de 18 à 29 ans comme une étape distincte. Jeffrey Jensen Arnett, professeur de psychologie à l’Université Clark du  Massachusetts, est l’un d’eux et a inventé le terme«âge adulte émergent» en 2000 dans un article pour l’American Psychological Association.

Le New York Times explique que d’après ce chercheur, cette période connaît le même essor que le concept d’«adolescence» il y a un siècle. Si cette nouvelle tranche d’âge est reconnue, l’éducation, les soins de santé, les services sociaux et la loi changeront pour répondre aux besoins particuliers des 20-30 ans.

Une chose est sûre, les vingtenaires et leurs parents n’ont aucune raison de paniquer, comme l’explique le docteur Arnett au Wall Street Journal:

«Cela paye de se relaxer et de ne pas paniquer parce que votre enfant de 21 ans ou même 26 ans ne sait pas ce qu’il ou elle va faire. Presque personne ne continue à avoir ce problème à 40 ou 50 ans. Nous avons tous fini par le comprendre.»

(Source : Slate.fr)

About these ads