Des portes qui claquent toutes seules. Des bruits de pas toutes les deux ou trois nuits vers 2h30. Le chien qui joue avec une pantoufle volante. Des ombres blanches et noires qui vous foncent dessus à l’heure de la douche.

C’est le genre de phénomènes étranges que vivent depuis septembre dernier Pascal Venne et son colocataire à Terrebonne, dans leur maison située au 3195 rue de la Licorne.

Pascal Venne s’est inquiété, mais ne savait pas trop quoi en penser. «Je ne croyais pas aux fantômes», précise-t-il. «Comme tout le monde, je regardais des émissions, mais sans y croire vraiment.» Jusqu’à ce jour où son père et sa mère sont venus à la maison. «On a entendu une voix de femme et quelque chose qui se traînait dans le sous-sol.» La mère de Pascal, très croyante, sort un flacon d’eau bénite et en asperge la maison. «Et on a entendu des pleurs.»

Désormais convaincu de la présence d’esprits, Pascal fait appel à un médium, Paul Ollivierre, et sa société MES Investigation, basée à Saint-Eustache. Détectant «une situation urgente», l’équipe se déplace à trois reprises au domicile de Pascal. Pour 285$ la séance, ils affirment avoir chassé une dizaine de fantômes. Le principal, qui s’appellerait «Richard», était le plus méchant. «Il s’agit d’un poltergeist, en colère, qui était là pour déranger», affirme Paul Ollivierre. Ces fantômes sont des esprits de gens décédés avec beaucoup de rage au cœur, résume-t-il.

Le médium est parvenu à les chasser. Manifestement, les esprits ne manquent pas dans la région, puisque MES Investigation règle trois cas chaque semaine – en plus des 30 à 40 personnes qui viennent voir Paul Ollivierre pour ses talents de médium.

Tournage d’une émission de télé

En fouillant la maison, MES Investigation a trouvé un important «puits d’énergie» au sous-sol. «Je n’avais jamais vu une telle source. Elle donne aux fantômes de la puissance pour interagir», explique Paul Ollivierre, qui nous a par ailleurs prédit – ça ne s’invente pas – la démission de Richard Marcotte en octobre prochain.

Pour renforcer leurs dires, les membres de MES Investigation ont installé des caméras un peu partout dans la maison et ont livrées les images à Pascal.

Sa maison attire non seulement les esprits, mais aussi la télévision américaine. Une équipe de la chaîne Bio est venue tourner le 12 juillet dernier un épisode de son émission «My ghost story». En compagnie de MES Investigation, ils ont reconstitué les scènes paranormales racontées par Pascal.

Sur place, le cameraman Mike Bratkowski a au moins affirmé une chose : aucun fantôme ne l’a jamais empêché de tourner. «Observer ces phénomènes paranormaux requiert de la patience», explique-t-il, «et on n’a pas le temps dans notre métier.»

(Source : Le Trait-Union)

About these ads